C’est le service régional du Secrétariat permanent du dispositif national de prévention de crise alimentaire et de gestion des catastrophes qui donne l’information. La saison hivernale de cette année cause d’importants dégâts liés aux inondations à Maradi, seconde ville du pays.

L’on dénombre 19 828 personnes atteintes dont 7 décès, 12 blessés, 1 765 ménages sinistrés, selon un bilan provisoire. Au nombre des dégâts matériels, plusieurs maisons effondrées, des ouvrages publics détruits notamment des écoles, des routes et des mosquées. Le nombre de maisons effondrées s’élève à 11 968 en plus de 386 cases également endommagées.

Pour le Secrétaire permanent du dispositif national de prévention de crise alimentaire et de gestion des catastrophes, Mani Issoufou, des ménages ont été relogés dans des écoles épargnées par les inondations.

 A l’ordre des mesures prises, M. Issoufou met un accent sur la sensibilisation à l’endroit des populations vivant dans les zones à risque et aussi à l’endroit des communes qui continuent de vendre des zones inondables aux populations.

Pour faire face à cette catastrophe, Mani Issoufou demande plus de soutien de la part de l’Etat et des partenaires pour la mise en place d’un stock alimentaire et non-alimentaire.

 De grosses pluies s’abattent régulièrement sur le Niger depuis le début du mois d’août. La ville de Maradi bénéficie d’une stratégie régionale de réduction des risques de catastrophes. Pour faire face à ces chocs naturels, l’Etat expérimente actuellement le processus d’élaboration d’une stratégie nationale de gestion des risques.

 

(Niamey et les 2 jours)