Suite à la montée des eaux de pluies dans la station  de Niamey du bassin du fleuve Niger, l’Autorité du Bassin du Fleuve Niger (ABN) lance une alerte jaune.

Dans son bulletin d’alerte publié, ce lundi 4 août, l’ABN  a indiqué que la crue locale du fleuve Niger commencée depuis la mi-août 2017 se manifeste par des montées rapides du niveau de l’eau à Niamey.

Cette crue  locale, indique le document,  s'est manifestée ces deux derniers jours par une montée brusque du niveau de l'eau de plus de 1 mètre.

Face à cette situation, l’ABN avertit que « les risques de montée d’eau rapide sont réels et la vigilance doit être de mise » et appelle les populations vivant dans les zones inondables d’observer une vigilance particulière.

Selon les explications des experts de  l’ABN « ces montées se sont accélérées ses derniers jours pour atteindre la cote d’alerte jaune en vigueur à Niamey (530 m) le 1er septembre 2017 ».

« Les prévisions et les observations montrent que l’alerte jaune commencée le 1er septembre 2017 se maintient et les 3 prochains jours (jusqu’au 7 septembre 2017) seront en alerte jaune », ajoute le bulletin.

Cependant d’autres localités traversées par le fleuve connaîtront également cette  montée du niveau d’eau. C’est le cas des stations de Malanville au Bénin  et Jidere Bode en amont du barrage de Kainji au Nigeria, prévient le l’ABN.

L'alerte jaune est lancée en cas de crue ou de montée rapide des eaux n'entrainant pas de dommages significatifs, mais nécessitant une vigilance particulière dans les cas d'activités saisonnières et/ou exposées.

L'ABN compte neuf (9) pays membres que sont: Bénin, Burkina Faso, Cameroun, Côte d'Ivoire, Guinée, Mali, Nigeria, Tchad et Niger.

 

 

(Niamey et les 2 jours)